Actualités et archives

Actualités 2016 - 2010



Posté le 25 Octobre 2015



Découvrez les sMOOC (Massive Open Online Courses) de la Chaire UNESCO "savoir devenir" (Université Sorbonne Nouvelle/Sorbonne-Paris-Cité) avec le projet européen ECO rassemblant 6 pays différents. Un social MOOC est un cours en ligne accessible gratuitement et animé sur une période donnée. Il privilégie la co-construction, le partage et l’accessibilité pour les participants. Le projet ECO (Elearning Communication Open-Data) souhaite démocratiser ce dispositif d’apprentissage.


Télécharger le flyer:


L'UNESCO vient d'attribuer la chaire «Savoir-devenir à l’ère du développement numérique durable : articuler usages et apprentissages pour maîtriser les cultures de l’information » à Divina Frau-Meigs. Cette chaire en réseau UNITWIN a obtenu le soutien, entre autres, de l’Agence Universitaire de la Francophonie, l’International Federation of Library Associations, l’Alliance of Civilizations et Vivendi. Elle sera située à la Sorbonne Nouvelle, avec une équipe de coordination multidisciplinaire qui aura pour fonction d’articuler recherche, formation et diffusion des résultats pour ce qui concerne les cultures de l’information et les humanités numériques.

L'Unesco attribue une chaire à Divina Frau Meigs


Divina Frau-Meigs a participé aux journées de l’innovation, organisées par le ministère de l’éducation à l’UNESCOO, le 28 mars 2013. Son intervention a porté sur le savoir-devenir à l’ère du développement numérique durable, en articulant usages et apprentissages pour une maîtrise des cultures de l’information.



A l'occasion de l'événement international célébrant les dix ans du Sommet Mondial sur la Société de l'Information, SMSI+10/WSIS+10, l'UNESCO a mis en ligne le rapport "Exploring the Evolving Mediascape: towards updating strategies, to face challenges and seize opportunities". Il a été commandité à Divina Frau-Meigs, directrice du master AIGEME, responsable du groupe de recherche CREW (EA 4399) et porteur de l'ANR "TRANSLIT" à la Sorbonne nouvelle.

Ce rapport est soumis à commentaires et recommandations jusqu'au 3 février, la version finale visant à incorporer les suggestions les plus pertinentes. Il est accessible à cette adresse.

Dans le cadre du SMSI+10/WSIS+10, Divina Frau-Meigs propose aussi un panel de chercheurs de haut niveau sur le thème "Contested Governance" (la gouvernance en conteste) dont l'abstract est accessible ici



Divina Frau-Meigs participe au IIIe Symposium International sur le Multilinguisme dans le Cyberespace qui aura lieu à Paris du 21 au 23 novembre.

Pour s'inscrire:
http://www.maayajo.org/spip.php?article151

Plus d'info :
Téléchargez le pdf


"Para las corporaciones de Internet la privacidad no existe, es un derecho obsoleto" :
http://www.revistaenie.clarin.com/ideas/mica-frau-meigs-internet-eg8_0_494950787.html




Divina Frau-Meigs, dans le Nouvel Observateur, à propos de Facebook:

http://obsession.nouvelobs.com/facebook/20120517.OBS5776/facebook-quel-avenir-l-intimite-avec-un-milliard-d-amis.html


Divina Frau-Meigs a participé au débat ?imaginer son avenir en français... S?ouvrir de nouveaux horizons?, organisé par l?OIF à Bruxelles dans le cadre de la journée de la Francophonie, le 19 mars 2012. Elle était en dialogue avec Michaelle Jean (gouverneure du Canada), Adama Samassekou (Président de MAAYA), Anne-Rachel Inné (Responsable Afrique pour ICANN) et Olivier Kayomo (OrthogrAfrique). Elle a présenté sa vision de la ?francophonie 2.0?, en considérant les défis et les atouts du numérique. Elle a mis l?accent sur la culture numérique dans la perspective des droits de l?homme et sur la formation, notamment à l?ingénierie de l?éducation aux médias et à l?ingénierie des industries créatives.

Pierre Kroll, caricaturiste incontournable en Belgique, était l?invité de ce débat et a croqué ces différents moments en une série de dessins réalisés en direct pour le plus grand plaisir de l?assistance séduite par son humour cocasse.

francophonie 2012

Pierre Kroll dessins 2012




Saint-Valentin : Twitter, la drague en 140 signes.



Le e-Dossier de l?Audiovisuel ?Education aux cultures de l?information?, piloté par Divina Frau-Meigs, Eric Bruillard et Eric Delamotte, vient de paraître et est disponible cette adresse .






Face aux menaces de lois anti-piratage, les entreprises et activistes du web se mobilisent au point de faire reculer les régulateurs. http://www.nytimes.com/2012/01/19/technology/web-protests-piracy-bill-and-2-key-senators-change-course.html?_r=1



Article au sujet de la sortie de Twilight 4 sur premiere.fr.




Socialisation des jeunes et éducation aux médias


EN LIBRAIRIE

14 x 24 - 240 pages - 25 ?
Collection « Éducation et société » dirigée par Christian Gautellier
En coédition avec les CEMÉA


"Consommés à environ 3h30 par jour, les médias représentent la deuxième activité des jeunes après le sommeil. Essentiel, quoique souvent sous-estimé, cet environnement médiatique procède à leur socialisation, en concurrence frontale avec la famille et l'école. Clé de voûte de leur compréhension du monde, il est devenu un véritable enjeu de société. Quels sont les mécanismes et l'impact des médias sur les jeunes ? Doit-on s'inquiéter des contenus et comportements à risque (violence, pornographie, conduites extrêmes...) véhiculés par les médias ? Comment en parler ouvertement avec les jeunes dans les contextes d'apprentissage formel et informel, à la maison, en classe et hors les murs ?


Dans l'objectif de faire progresser l'éducation aux médias, l'auteur propose ici une analyse cohérente de l'environnement médiatique, tous supports confondus, inspirée des recherches internationales en cognition sociale qui reconfigurent les connaissances antérieures sur l'attention, la mémoire, l'émotion et l'action, et montrent comment fonctionne le phénomène de la socialisation par les écrans. En essayant de garder un point de vue équilibré entre les besoins de liberté d'expression politique et commerciale des médias et les besoins de protection de l'enfance et d'éducation aux médias des adultes, elle propose des solutions pratiques et constructives pour les parents et les éducateurs qui répondent à leurs inquiétudes et leurs interrogations, sans négliger le rôle très important donné aux instances issues de la société civile, comme les associations de parents."



Pour en savoir plus sur ?socialisation des jeunes et éducations aux médias?, voici le lien de la page présentant l?ouvrage sur le site Eres Vous y trouverez une vidéo et aussi y découvrir un chapitre en supplément exclusivement en ligne ?actualité et identité des jeunes?, en cliquant sur "Supplément à l'ouvrage"


Ofcom today publishes its 2011 Internet use and attitudes bulletin ? a round-up of key internet metrics across a variety of groups within the UK, based on its regular Technology Tracker and media literacy surveys.

Key points include:

· Three-quarters (76%) of UK adults aged 16+ say they have internet access at home, and 74% say they have broadband access at home.

· Differences by age group are considerable ? 90% of 16-24s say they ever use the internet, compared to 25% of those aged 75+.

· Thirty-two per cent say they go online via their mobile phone. Fifty-seven per cent of 16-24s say they do this compared to 2% of those aged 65+. One third (33%) of people in urban areas say they go online via their mobile, compared to 23% in rural areas.

· Seventy-one per cent of those with home internet access say they buy things online, and this does not vary by sub-group. However, other types of activity vary considerably ? for example, 48% of those in ABC1 households say they look up information on government or council websites, compared to 19% of those in DE households.

· Nearly two-thirds of internet users (64%) say they are confident installing security features. Men (72%) are more likely to say this than women (56%).

· Among non-users, there are low levels of interest in various aspects of the internet, such as email (16% interested); and buying things (13% interested).

· Among non-users, ?proxy? use of the internet by someone else on their behalf stands at 21%. Eleven per cent of those not intending to get the internet cite cost as their main reason, and 47% cite a perceived lack of interest ? up seven percentage points on 2010.

link to

http://stakeholders.ofcom.org.uk/market-data-research/media-literacy-pubs/ and click on either the Adults or Nations research tabs or alternatively http://stakeholders.ofcom.org.uk/market-data-research/market-research and click on the Telecoms/Internet tab to download the document.




?Media and Information Literacy Indicators?
UNESCO-IAMCR joint session
14 July 2011, Istanbul, Turkey



14:30 to 18:00, room FENER
at
Cibali (main) campus of Kadir Has University



Session 1
14:30-16:00
Presenting MIL indicators Project
  
10 min Welcoming remarks and introduction of the interaction session by Dr Boyan Radoykov, Chief, Universal Access and Preservation, Information Society Division, Communication and Information, UNESCO And by Annabelle Sreberny, President, IAMCR
  
10 min Presentation of the context and of the objectives by Divina Frau-Meigs, section head, ?Media Education Research?, IAMCR
  
20 min Presentation of the MIL conceptual and theoretical framework by Ms Kubashini Rama, Deputy Director, Gender Links (South Africa)
  
20 min Presentation of the MIL methodology by Dr Ralph Catts (UK), Senior Research Fellow, Schools and Social Capital Network Scottish Applied Educational Research Scheme (AERS)
  
30 min Interactive debate among panelist participants and audience
  
 
Break
  
Session 2:
16:30-18:00
Assessing MIL Indicators Project
  
45 min Chair: Manuel Pinto, section co-head, ?Media Education Research?

Comments from IAMCR nominated representatives :
Gabriel Kaplun, Universidad de la Republica, Uruguay
Ruth Teer-Tomaselli, University of KwaZulu-Natal, South Africa
Todd Holden, Tohoku University, Japan,
Aimee Vega Montiel, UNAM, Mexico
Sonia Livingstone, London School of Economics, UK
  
30 min Interactive debate among panelist participants and audience
  
15 min Endorsement of the recommendations
Final remarks and closing of the session

General rapporteur: Divina Frau-Meigs, Sorbonne nouvelle University, France section head, ?Media Education Research?, IAMCR



MER Programme Istanbul




Synopsis

Is an online identity protected by freedom of expression or is it a form of publicity subject to trademark law? Is online privacy a commercial service or a public right? What are the limits of consent when dealing with privacy as a service? What are "free", "open", or "public" services on the Internet and how can citizens use them effectively? What policy initiatives can ensure that the digital networks deliver the goods, spectacles and services for our everyday activities that improve our quality of life? What role for governments, the private sector and civil society? What frameworks for international policy instruments to achieve a fair, inclusive and balanced governance of the media as they go digital?

This work addresses these burning issues - and many more - that preoccupy decision makers, researchers and activists at all levels of society. It covers the issues of dignity, ethics, identity, privacy, cultural diversity, public service, gate-keeping and education in an encompassing human rights-based governance framework. Considering the perils and promises of each issue, the author makes constructive recommendations, insisting on the relation between local and global governance, the public value of media and digital networks and the benefits of multi-stakeholder partnerships.

Contents

Foreword : Maud de Boer-Buquicchio, Deputy Secretary General of the Council of Europe Acknowledgements

Introduction -The cultural contradictions of the "information society"

1 . Defining media today: spectacles or services?
2. Fostering ethics beyond access
3. Reclaiming dignity
4. Constructing a positive lifelong dynamic identity
5. Securing Privacy 2.0
6. Creating diversity as a new right for media in culture
7. Re-valorising the public service value of the networks
8. Gatekeeping the gatekeepers
9. Assessing risk of harm and protection of minors
10. Connecting media education to human rights: public, open, participatory and ethical

Conclusion: Modelling the amplification of governance

Appendices : Recommendations and related documents by the Council of Europe and the European Commission

Media matters in the cultural contradictions of the "information society" - Towards a human rights-based governance (Strasbourg : Council of Europe Press, 2011)

Author : Divina Frau-Meigs
ISBN 978-92-871-6834-4
Format : 16 x 24
No. of pages : 390
Price : ? 53 / US$ 106

Available on the publications website of the Council of Europe: http://book.coe.int/EN/ficheouvrage.php?PAGEID=36&lang=EN&produit_aliasid=2606





Archives 2009 - 2007



The internet Governance Forum organized a Workshop on “the challenges of becoming literate to foster participatory cultures” Monday 16 November 2009, Sharm el Sheik

This workshop, co-organized by the Dynamic Coalition on Media Education, Cyber Peace Initiative, UNDP Egypt's ICT Trust Fund and the Council of Europe, was very well attended and many contributions of value came from the floor as well as from the panellists, with noted comments from youth representatives. It examined the challenges and risks of using the Internet without having previously acquired the appropriate skills and knowledge. It then discussed the meaning of those e-competences in order to foster effective participation on the digital networks. It concluded with a common examination of the role of different stakeholders.



1. The challenges and risks to users were considered from a variety of regional perspectives. This examination showed that there were differences between developed countries and developing ones, in their understanding of risks and challenges. For the MENA region, issues of access and dependency on foreign content were a major concern. The imbalance was also felt in the Caribbean area as well as the Latin American region: some cultures are downloading cultures whereas others are uploading cultures. So participation in the culture of the digital networks is crucial for providing regional and national content. These challenges were less felt by the European region contributors: media rich in content and access, they were more concerned with inclusion and media rights in the context of human rights (freedom of expression, privacy, dignity,…).



But in spite of these differences, there was a general perception that, for Internet to become a tool for empowerment, there was a need to prevent the digital world from becoming a source of alienation as there are risks of loss of identity and addiction, not to mention spam and unsolicited marketing, as well as risks of content becoming only entertainment-driven. The general consensus was that there was a need to foster participation in the digital networks, combining it with the protection of young people from harmful content and with state provision of quality content to ensure that people engage with the media and feel motivated to contribute in ways that make sense to their personal needs. Becoming e-literate was also perceived as a means of creating trust in the media in regions where there is a lot of malaise about the media, as they are perceived as too dependent either on the State or on Corporate interests.



2. The e-competences needed for effective participation in digital cultures were discussed within the larger context of media literacy. The Internet was considered as part of the media family, with a specific function, interactivity, leading to participation and citizenship enhancement. Becoming literate with Web 2.0 technologies was considered as a turning point in media literacy, because of the possibilities of putting the learner at the centre of the process, with tools and platforms that foster user-aggregated content. There was a general feeling that letting young people use the media was not enough. The e-competences identified by most participants, especially young people, focused around the need to understand and master processes of navigation, search and retrieval, mixing and remixing of data, collaborative production, joint-authorship, etc. This implied also considering the human rights that were solicited by such processes and activities. Freedom of expression was mentioned, together with privacy, intellectual property and child protection. It was however perceived that e-competences had to be promoted as “self-competences” that could have an impact on lifelong learning and critical knowledge acquisition. Such self-competences were seen as one of the best filters again harmful content as well as a means to foster motivation in participation as well as trust in the digital media.



3. The different stakeholders made proposals as to their role in empowering individuals, within an Internet governance framework. There was a sense of urgency as people imagined the worst-case scenarios, such as doing nothing to foster e-literacy. Besides those who worried that Google use would be e-literacy by default, people considered other options: becoming literate might help some countries leap-frog into participatory cultures; becoming e-literate might happen while being illiterate… The Internet governance framework was solicited so as to foster a global feeling of sustainability and solidarity around media literacy, each region benefiting from the sharing of experiences with others. Multi-stakeholder partnerships were considered as vital for scaling up and many examples were mentioned.



The representatives of governments and states agreed that media literacy should be promoted bottom-up and not top-down, by persuading operators and legislators to showcase the best practices and the existing communities of practice, so as to reach young people and adults alike. Business representatives, providers and operators, recognized their crucial role in providing easy and cheap access to the full web experience; they also insisted on their capacity to raise awareness about media literacy issues, especially among young people. Civil sector representatives, educators and NGO members, insisted on the need to move from access to active use, and to integrate the recent developments in mobile telephony, so as to embed e-competences more deeply in the daily practices of young people.

Conclusions and next steps The three convenors of the workshop wrapped up the major conclusions and suggestions for future action: -connect with human rights and issues of respect, dignity, freedom of expression and privacy -connect with e-learning and emerging issues of cross-literacy and media convergence -connect with policy-making, within a global Internet governance framework -raise awareness for media literacy, with initiatives like the Dynamic Coalition for Media Literacy or the Cyber Peace initiative -provide assessment tools, benchmarking frameworks, public policy solutions, private-civic-public experiments.



More can be found on the official IGF website


Posté le dimanche 25 octobre, 2009

Le CIEME

Collectif Interassociatif Enfance, Médias et Education (C.I.E.M.E.)

COMMUNIQUE


Rapport « Famille, éducation aux médias » : une indéniable avancée
La Commission « Famille, Education aux Médias » présidée par Agnès Vincent- Deray a remis officiellement son rapport à Nadine Morano, Secrétaire d’Etat chargée de la Famille et de la Solidarité, en présence de Michel Boyon, Président du CSA, mercredi 21 octobre au Cinéma le Balzac à Paris.

Tout au long du travail de cette commission, des composantes du CIEME* ont été auditionnées ou directement associées. Ce qui leur permet de constater, aujourd’hui, que leurs demandes ont été entendues et comprises.


Nous notons avec satisfaction l’esprit dans lequel ce rapport a été rédigé qui associe dans une même dynamique l’éducation aux médias et la protection de l’enfance : « il ne s’agit pas seulement d’éduquer pour protéger, mais bien d’éduquer pour devenir acteur, acteur de sa propre consommation, de sa propre création, de sa propre protection » affirme la Présidente de la Commission en préambule.


Nous avons été particulièrement sensibles à la dimension intergénérationnelle et familiale qui apparaît tout au long du rapport.


Nous saluons la création d’une « Fondation Famille, éducation aux médias » qui devrait être composée d’institutions publiques, d’associations, de chercheurs, de professionnels et de médias ainsi que d’acteurs publics et privés


Nous espérons que ce dispositif multi- partenaires sera fortement associé à un programme national, piloté par les Pouvoirs publics pour assurer la cohérence de la politique d'éducation aux médias menée en France.


Depuis la création du CIEME, l’ensemble de ses composantes milite pour la mise en œuvre d’une politique globale d’éducation aux médias et d'offre de programmes jeunesse de qualité, tant elles jouent un rôle fondamental pour la formation de l’esprit critique et citoyen. Fort de nos nombreuses années d’expérience sur le terrain, le CIEME est prêt à participer à la Fondation et à la mise en œuvre des propositions partout sur le territoire. Mais, nous resterons vigilants pour que les projets proposés le soient en toute transparence, en toute indépendance, morale et financière, au service de l’intérêt général.



*Composition du CIEME (*)Association des Parents d'Elèves de l'Enseignement Libre (APEL); Association des ITEP et de leurs réseaux (AIRe) Centres d'Entraînement aux Méthodes d’Education Active (CEMEA); Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC); Confédération Syndicale des Familles (CSF); Conseil Français des Associations pour les Droits de l'Enfant (COFRADE); Conseil National des Associations Familiales Laïques (CNAFAL); Familles de France; les Familles Rurales; les Scouts de France; Fédération des Parents d'Elèves de l'Enseignement Public (PEEP); Fédération des Conseils de Parents d'Elèves (FCPE); Fédération des Syndicats Généraux de l'Education et de la Recherche Publique (SGEN-CFDT); Francas ; La Ligue de l'Enseignement; Les Pieds dans le Paf ; Syndicat des Enseignants (SE-UNSA); Syndicat National des Enseignants du second degré (SNES); Syndicat National Unitaire des Instituteurs Professeurs des Ecoles et Professeurs d'Enseignement Général de collèges (SNUIPP/FSU); SEP/UNSA ; Union Nationale des Associations Autonomes de Parents d'Elèves (U.N.A.A.P.E) ; Union Nationale des Associations Familiales (UNAF)


Posté le jeudi 10 septembre, 2009

Evenement multi-partenaire EuroDIG 2009

14 - 15 September 2009, sur le site de EBU (European Broadcasting Union) à Genève, Suisse co-organisé par EBU et the Swiss Federal Office of Communications (OFCOM) et sous le parrainage du Conseil de l’Europe.

EuroDIG est la version européenne du Forum de la Gouvernance d’Internet et se propose de débattre des enjeux de la société de l’information pour la région. Plusieurs plénières sont prévues, sur les thèmes suivants :

Plenary 1: Access to content online: regulation, business models, quality and freedom of expression
Plenary 2: Online social media – governance issues from a user perspective
Plenary 3: The post-JPA phase: towards a future Internet governance model
Plenary 4: Arrangements for a European IGF and Future EuroDIG events


Plusieurs ateliers sont prévus, sur les thèmes suivants :
Workshop 1: End-users access to, and choice in services.
Workshop 2: Personal and professional privacy
Workshop 3: The Internet - critical to our lives: are we sure it's reliable?
Workshop 4: Cybercrime and cyber security: Public-Private-Partnerships
Workshop 5: Effective media literacy for the end-user (modération : D Frau-Meigs)
Workshop 6: The Internet of 2020: Future services future services


Pour en savoir plus : eurodig.org


Conférence internationale sur les politiques régulatoires des nouveaux médias International Workshop on Regulatory Policies for New Media
23-25 septembre 2009, Leipzig University, Leipzig


Les ateliers comprennent les thématiques suivantes
1: The Creative Commons and New Media: is Digital Rights Management (DRM) obsolete?
2: The New Media Gatekeepers: strangers within our gates.
3: The Dark Side of New Media: protecting the vulnerable (conference: D Frau-Meigs).
4: Can (Will) the New Media Industry Regulate Itself?


Voir le programme à http://www.mediencampus-villa-ida.de


Posté le lundi 13 avril, 2009

Education aux médias


• Alliance des Civilisations, 2nd Forum, Istambul 6-7 avril 2009 :

• Lancement officiel de l’ouvrage coordonné par Divina Frau-Meigs avec Jordi Torrent : Mapping Media Education Policies : Visions, Programmes, Challenges.

télécharger l’ouvrage en version anglaise : cliquez ici .

La version espagnole est publiée par la Revue internationale Comunicar, n° 32, 16 (2009): " “Politicas de educacion en medios: Aportaciones y desafios mundiales” , (Divina Frau-Meigs et Jordi Torrent, rédacteurs invités). Elle sera bientôt disponible ici .

Cette publication internationale est soutenue par l’Alliance des Civilisations, l’UNESCO, la commision européenne et le groupe Comunicar



La Revista Comunicar, 32 16 (2009) acaba de publicar el monografico “Politicas de educacion en medios: Aportaciones y desafios mundiales” , coordenada por Divina Frau-Meigs y Jordi Torrent, con la collaboracion de la UNESCO y el apoyo de Grupo Comunicar y la Comision Europea. La version digital de Comunicar 32 sera accesible proximamente en la pagina http://www.revistacomunicar.com

La Alianza de Civilizaciones ha publicado el libro "Mapping Media Education Policies in the World: Visions, Programmes and Challanges" (Divina Frau-Meigs y Jordi Torrent, eds). Ha sido presentado oficialmente durante el 2° Foro de Alianza de Civilizaciones que se celebro en Estambul los 6 y 7 de abril. El libro podra accederse electronicamente a traves de las paginas de UNESCO, Comunidad Europea asi como en la de AoC. mapping_media_education_book_final_version.pdf



***********************************



The journal Comunicar has just published its issue #32 16 (2009): " “Politicas de educacion en medios: Aportaciones y desafios mundiales” , with Divina Frau-Meigs and Jordi Torrent as guest editors. The digital version of Comunicar #32 will soon be available here


The Alliance of Civilizations in collaboracion with UNESCO and the support of Group Comunicar and the European Commission published the text in English version and book format. “Mapping Happens Education Policies in the World: Visions, Programmes and Challenges " (Divina Frau-Meigs with Jordi Torrent). The book was officially launched during the 2nd Forum of the Alliance of Civilizations that was held in Istanbul, on April 6 and 7. The book will be accessible electronically via the web pabes of Unesco, the Alliance of Civilizations and the European Commission. mapping_media_education_book_final_version.pdf


Posté le mardi 24 mars, 2009

Maîtrise des médias et droits de l’homme

le rapport du séminaire de Graz organisé par le Conseil de l’Europe en octobre 2008 est en ligne. Il évoque les compétences, attitudes et valeurs attendues de la maîtrise des médias et prône une relation forte entre éducation aux médias et droits de l’homme avec une mise en œuvre s’appuyant sur des partenariats multi-acteurs.


Version anglaise


version française en bas de page


Diversité culturelle


L’observatoire européen de l’audiovisuel sort ses résultats sur la fiction européenne (2009)

Annuaire
Volume 2


Quelques résultats : La fiction américaine reste largement dominante sur les écrans européens de télévision mais est en recul au bénéfice de la fiction nationale On constate un accroissement sensible de la part de la fiction nationale (15,5 % contre 14 % en 2006), au détriment de la fiction européenne non-nationale (10,1 % contre 10,9 % en 2006).


Les chaînes publiques diffusent moins de fiction mais proposent la programmation la plus européenne.
Les chaînes privées financées par la publicité sont celles qui diffusent significativement le plus de fiction non-européenne mais cette proportion continue à baisser (76,7 % contre 77,1 % en 2006 et 79,2 % en 2005). Ces chaînes sont également celles qui diffusent le moins de fictions nationales mais ont amélioré leur diffusion de ce type de programmes (8 % en 2007, contre 7,3 % en 2006 et 8,2 % en 2005).

Les productions télévisuelles européennes et les films européens augmentent leur part de marché, mais les différences persistent selon les formats. Les films de court et de long métrage circulent mieux en Europe que les autres formats.

La circulation des oeuvres européennes en dehors de leur marché national continue de s’améliorer. Les heures de programmes européens non-nationaux (y compris les coproductions) représentent 23,7 % de la fiction diffusée ( contre 23,4 % en 2006). Les coproductions européennes jouent un rôle important dans cette circulation, puisqu’elles représentent 13,4 % de l’offre alors que les fictions 100 % nationales importées ne représentent que 10,4 %. La part des séries et feuilletons de coproduction européenne est faible (3,5 % de l’offre de ce format). A l’inverse, les courts métrages, et dans une moindre mesure les téléfilms européens, restent des formats nationaux dont la circulation est relativement significative : la proportion d’oeuvres européennes importées représente 33,1 % et 15,1 % de l’offre respective de ces formats.

L’offre américaine reste majoritaire dans le domaine des séries et feuilletons (59,5 % de l’offre) et des films (55,7 %). Elle est également dominante sur le segment des téléfilms (49,3 %) et de l’animation (45,4 %).



Posté le samedi 18 janvier, 2009

Education aux médias
*Le texte de la communication de la Commission Européenne de décembre 2009 encourage les Etats de l’Union à faire un rapport annuel sur leurs activités d’éducation aux médias, pas seulement en direction des jeunes et des écoles mais aussi en direction de tous les autres secteurs de la société, dans une perspective de citoyenneté :

http://ec.europa.eu/avpolicy/media_literacy/index_en.htm


*Le texte du rapport Auclaire « Diffusion culturelle du cinéma et éducation à l’image » a été remis à Mme Albanel 10 décembre 2008. Il présente 22 propositions, dont celle de rénover les ciné-clubs, confirme la mission « Enfants de cinéma », se concentre sur l’éducation au cinéma comme s’il pouvait être séparé des autres supports (dont la télévision et internet), ne mentionne pas la maîtrise de l’information. Seuls points positifs : « donner la priorité à l'édition électronique et au fonctionnement d'un ou de plusieurs sites internet communs aux dispositifs d'éducation à l'image dans la répartition des moyens affectés par le CNC à l'édition des documents pédagogiques » (20) et « Définir et mettre en oeuvre un programme national de formation de formateurs à l'image et à l'éducation au cinéma. » (21)

www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/auclaire/Rapport%20CCfinal-V4bis_051208.pdf


Diversité culturelle
*En 2008, 93 pays ont ratifié la convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles

www.diversite-culturelle.qc.ca/index.php?id=1&no_cache=1&L=0#article6458


Contenus à risque
*Babyfirst. Le Collectif interassociatif enfance et média (CIEM) s’émeut des risques dus à la diffusion en France de nouvelles chaînes pour les bébés. Le dossier "Télévision pour les bébés : un danger pour leur santé, pour leur développement et pour leur éducation" est consultable :

http://www.collectifciem.org/spip.php ?article64


Suite à la mobilisation des pédo-psychiatres et du CIEM, le Ministère de la santé et le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel ont émis des recommandations concernant les chaînes pour les moins de trois ans :

www.csa.fr/infos/textes/textes_detail.php?id=126993


*Contenus à risque sur internet et Etats-Unis. L’Internet Safety Technical Task Force vient de publier son rapport : « Enhancing Child Safety and Online Technologies », dirigé par le Berkam Center de Harvard, et remis au Multi-State Working Group on Social Networking of State Attorneys General of the United States. Il minimise l’existence de risques de prédation sur les plateformes de réseaux sociaux et tend à montrer que les jeunes sont plus à même de se mettre en danger entre eux. Il est contesté par certaines associations familiales et par certains membres de la tasfkorce …

http://cyber.law.harvard.edu/pubrelease/isttf/


Gouvernance d’internet
Le Forum de la gouvernance d’Internet a eu lieu à Hyderabad en Inde, malgré les événements de Mombay. La question se pose de savoir de quelle thématique discuter l’année prochaine, en Egypte, avec une forte orientation pour un débat sur les droits de l’internet et un transfert ou une adaptation des droits de l’homme et de l’habeas corpus, voire du Bill of Rights, à la toile.

www.intgovforum.org/

Posté le samedi 8 septembre, 2007

La conférence qui célèbre le cinquantième anniversaire de l’Association Internationale des Etudes et Recherches sur l’Information est hautement symbolique. L’AIERI a en effet été fondée, en 1957, dans la capitale française sous les auspices de l’UNESCO. Sa naissance repose aussi sur les efforts, menés depuis 1953, par l’Institut Français de Presse pour fédérer les chercheurs de la communauté internationale. Les fondements de l’AIERI étaient mus par un idéal : celui de la liberté de la presse, de la protection juridique des journalistes et des vertus de la diffusion de l’information en vue d’un monde pacifié. Depuis, les enjeux de l’information et de la communication tout comme les problématiques de recherche ont connu de grandes évolutions mais, en dépit de divergences et de tensions, l’AIERI est parvenue à maintenir et à renforcer un dialogue entre les chercheurs de l’Ouest et de l’Est, du Nord et du Sud. Au fil des cinq dernières décennies, l’association s’est développée et a accueilli un nombre croissant de membres originaires d’Europe, d’Amérique du Nord et du Sud, d’Afrique et d’Asie. Durant toutes ces années, l’AIERI, qui jouit d’un statut consultatif à l’UNESCO, a bénéficié du soutien de cette agence.



La thématique choisie, « Médias, Communication, Information : célébrer 50 ans de théories et pratiques », est emblématique des enjeux de cette conférence. Les cinquante dernières années ont, en effet, vu un certain nombre d’avancées dans les domaines qui traversent le champ multidisciplinaire de l’information-communication. Ces travaux fournissent des outils d’analyse pour la production et la circulation internationale des données, des informations, des images et des textes, ainsi que pour leur réception par des publics divers. Ils questionnent tant l’espace public que l’espace privé, les réseaux d’acteurs et les modalités de la médiation technologique. Dans le contexte de la mondialisation, les modifications du marché et l’économie politique des médias renouvellent les cadres théoriques des études de l’information, des biens et des services culturels. Aujourd’hui les questions de la gouvernance et de la co-régulation des médias (dont Internet et les réseaux d’information) entrent en résonance avec celles des publics en diaspora, des diversités culturelles et transculturelles et du développement durable.



Les thématiques des nombreuses sessions de cette conférence reflètent la vivacité de ces débats scientifiques. Plus de 140 ateliers sont prévus, avec plus de 800 présentations de recherches diverses et en prise avec l’actualité. Quatre plénières feront le point de la recherche en France, en Europe et dans le monde, avec des perspectives d’avenir ouvertes sur l’internationalisation des échanges et de la connaissance dans notre domaine. Les chercheurs de 150 pays seront représentés. Cette conférence sera l’occasion d’échanges scientifiques féconds, de fructueuses rencontres interculturelles et d’un séjour agréable dans la capitale française qui a été le berceau de l’AIERI avant qu’elle ne prenne son envol.



Consultez le programme complet sur le site: iamcparis2007.org


Catégories


BLOG

Chroniques critiques

ARTICLES EN LIGNE

Articles

COURS

Cours

CONFERENCES

Conférences

PUBLICATIONS

Publications

RECHERCHES

Recherches

EXPERTISES

Expertises

SOCIETE CIVILE

Société civile